lundi 24 juillet 2017

Millerandage


Millerands sur grappe de Chardonnay


 Du latin millium « millet » et granum « grain », le millerandage provient d’une fécondation imparfaite de la fleur ; la pluie et le froid au moment de la floraison en sont principalement les causes. Parfois nommé « maladie de la vigne », mais moins grave que la coulure (fleurs également mal ou non fécondées qui tombent ou coulent), le millerandage conduit à la production de petits grains de raisin  souvent apyrènes (sans pépin) disséminés au milieu des grains normaux. A maturité, ces baies sont plus sucrées et moins acides, leur ratio volume de jus - pellicule est meilleur, et si les millerands entravent le rendement, ils apportent – dans une juste mesure - un élément gustatif intéressant dans l’élaboration d’un vin plus concentré.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire